Capricieux





Le monde sur le bûcher


Alors qu'un incendie dévorant fait rage, se muant en théâtre de meurtres fétides et d'une frénésie des hurlements suppliciés, la fumée mortifère qu'il répand asphyxie tout Telara en un nuage opaque de suie et de flammes. Des meutes de centaures cannibales s'élancent au grand galop, tandis que gobelins et kobolds réduisent indistinctement en cendres les villages comme les cités fortifiées. En tête de ces hordes, tonitruent des démons ricanants et des draconiens sans merci qui refusent toute trêve dans leur conquête et leur saccage. La seule et unique volonté de ce culte est de consumer absolument tout sur son passage et de ne laisser derrière lui que des poussières embrasées, tel un incoercible feu de forêt renchéri sans cesse par les vents.

Cette hystérie morbide est le sceau des Capricieux, les cultistes du Feu, qui, contrairement aux autres adorateurs draconiques, n'ont pas de fondateur spirituel de qui dépendre. Néanmoins, leur chef Maelforge, le Sire des Flammes, attise leur vénération fanatique. Il s'emporte avec fureur devant toute notion de pérennité, et pour cette raison, les Capricieux ne conservent aucune archive, ni trace de mémoire. Leur croyance repose sur la conflagration et le chaos réunis, et tous les échos du passé, tous les vestiges, doivent à leurs yeux disparaître à tout jamais dans les flammes.

Dépourvus de sens stratégique et d'anticipation dans leurs ravages compulsifs, la nature du modus operandi des Capricieux ne leur permet pas d'établir une hiérarchie. Ils lancent l'assaut à brûle-pourpoint, tantôt en petits groupes délétères, tantôt en bataillons irréductibles. Illuminés de leur état, ils se dirigent sans volonté au rythme entêtant du tambour de guerre, rongeant le vivant d'un feu prédateur.

Les enfants du Sire des Flammes


De tous les cultes des dragons, les Capricieux détiennent les motivations les plus transparentes : leur unique désir est de tout calciner, de livrer aux flammes quoi qui ait jamais été chéri en ce monde. Leur intention n'est aucunement de bafouer la nature, mais de brûler eux-mêmes de leur régal obsédant qui n'est autre que le parfum, la saveur et l'avènement du brasier. Aveuglés dans leur anarchique bouillonnement, ils ne prendront pas le temps de vous arracher vos biens, de corrompre votre esprit ou de régner sur vos terres, pas plus qu'ils ne vous réduiront en esclavage. Mais si vous revenez à la vie en tant qu'Élu, c'est avec une volupté perverse qu'ils vous immoleront !

Les légions de Capricieux n'hésiteront jamais à tuer qui que ce soit, excepté les leurs, car l'amour qu'ils vouent à leur dieu féroce les unit. Maelforge manifeste sa bonté envers ses enfants en les rôtissant vivants par essaims, afin qu'ils puissent renaître toujours plus puissants. Perdue au loin sur l'océan, par-delà les immenses vagues soulevées par l'arrivée des Failles, les Capricieux recherchent désormais la prison volcanique où se trouve leur maître écroué.

L'ardeur de la dévotion


Au premier rang d'un petit régiment de Renégats, Asha Catari s'éleva courageusement contre une cohorte démesurée de Capricieux, comme une fragile chaumière lumineuse sous la menace d'un raz de marée écarlate. Malgré l'infériorité criante de leur nombre, la troupe de Telariens ne perdit rien de sa hardiesse grâce à la technomagie et la bravoure inaltérable des Élus dont elle disposait.

À l'orée de la bataille, les prêtres gedlos tracèrent dans la terre un cercle aussi grand qu'une ville, puis se mirent à psalmodier tandis que des centaines de gobelins assaillaient autant de kobolds. Ces monstruosités luttèrent jusqu'à ce que mort s'ensuive, et ce sans armes, pour finalement faire de l'énorme cercle une mare rouge de sang.

Alors que le chant scandé parvenait à son paroxysme, une gigantesque Oni s'enfonça à corps perdu dans la mêlée amaranthe, les ailerons hérissés au long de ses bras, ses muscles tendus, ses canines saillantes... Sa queue barbelée tressaillant d'excitation, elle se mit à déchiqueter gobelins et kobolds, arrachant leurs têtes, dévorant leurs membres, jusqu'à se retrouver solitaire, debout en plein cœur du charnier. Puis le chant cessa, et l'impressionnante Oni rugit face au front des Renégats, avant de s'en retourner pendant que les Gedlos procédaient à l'incinération des Capricieux volontaires au suicide.

« Mais pourquoi assassineraient-ils des centaines de leurs propres combattants avant même d'avoir lancé l'offensive ? exigea Asha à voix haute.

– Pour rendre hommage à leur dieu pourpre... et pour nous montrer ce dont ils sont capables », répondit calmement Rahn Chuluun, accroupi aux côtés de son yarnosaure.

Cet article a été vu 974 fois

Rift: Planes of Telara™ par Trion Worlds Inc.
Corpyright © 2010 Trion Worlds, Inc. Tous droits réservés.
Copyright © 2010 Univers Virtuels pour le contenu du site.
Design : Cristof Template: Cypher, Code: JB