Cauchemar Blanc


3eme partie

Le Chœur des Labeurs

Uriel sentit qu'elle perdait le sens de l'orientation au milieu de cette multitude de cascades. Le vacarme de l'eau n'était interrompu que par le grincement des dents des tentacules qui s'agitaient dans les Failles et les monstres dévalaient ces flots salés ou s'extirpaient des profondeurs avec peine.

Uriel s'arrêta net et sentit la neige fondue couler le long de son dos. À ses côtés, Kira, prête à sortir sa dague de son fourreau. « Es-tu en état de combattre ? », s'enquit la Kelari.

« Non, mais mon bâton, lui, l'est ! », répondit Uriel en esquissant un sourire machiavélique et en brandissant son arme en teck poli.

Kira haussa les yeux vers le ciel d’exaspération. « Couvre-moi et restons groupées. Nous allons essayer de faire une percée. » Elle s'éloigna en courant et se dirigea vers un lieu où les bassins formés par les Failles de l'Eau n'avaient pas encore convergé.

Uriel la suivit. Elle invoqua la Mort en pleine course et les forces entropiques qui naissaient entre ses doigts semblaient frémir d'impatience, comme des anguilles. Elle les décocha à l'assaut des sobeks qui fondaient sur Kira, surgissant d'une première Faille, et des céphalons qui lui lançaient des sorts depuis une deuxième. Ces derniers tombaient dans l'eau en poussant des cris gutturaux alors que leurs tentacules pourrissaient sous l'effet du sort. Des relents marins et nauséabonds se mêlaient dans l'air à ceux du cuir en décomposition.

Kira plongea vers l'avant, enfonçant sa lame au hasard dans les corps ennemis et vit un imposant profond s'approcher d'elle, d'un pas lourd. Elle ne s'interrompit pas pour autant et l'incisa derrière le genou, instillant un poison corrosif dans la plaie. Celui-ci tomba en direction de la Kelari, qui s'éclipsa, s'élança sur sa poitrine pour trancher sa gorge et disparut de nouveau avant que le sang salé de la créature n'ait pu éclabousser sa tenue.

Kira réapparut dans le dos d'Uriel, tailladant les membranes visqueuses d'un céphalon qui essayait discrètement de s'approcher. « Tu devrais être plus prudente. Tu n'as qu'une vie. »

« Mais je peux toujours prendre la leur ! », s'écria Uriel, repoussant un monstre des adorateurs abyssaux vers la neige, dans une terrible agonie.

Kira commençait à esquisser un sourire narquois qu’elle réprima aussitôt, coupant court à leur vieille plaisanterie par la même occasion. « Regarde un peu ce que tu fais et ne t'arrête pas ! »

Dépitée, et d'autant plus impitoyable, Uriel accompagna Kira dans sa folie meurtrière. La blancheur de ses dents contrastait avec le ton violet de sa peau, alors qu'elle déchaînait en souriant les forces de la Mort sur la horde d'assaillants, où Kira se téléportait parfois de manière inopinée pour ne finalement trouver qu’une multitude de monstres hurlant de douleur sous l’affliction de la Pourriture tombale.

Mais le flot d'eau salée ne semblait pas vouloir s'interrompre, déversant toujours plus de créatures et le niveau de cette lie atteignit bientôt les cuisses des deux partenaires, qui parvinrent à rejoindre la terre ferme à grand-peine. Elles s'étaient laissé complètement encercler. Kira refusait cependant de se téléporter, par peur d’abandonner Uriel, qui aurait été engloutie par les eaux. Les envahisseurs tournaient autour d'elles comme des requins autour de leur proie.

Un sobek se précipita sur elles, claquant ses mâchoires de crocodile tout en faisant tournoyer sa grande épée incurvée. Uriel fit un pas de côté et son bâton lança un trait de magie entropique qui transperça la peau tannée du flanc du monstre. Mais la force de sa propulsion la déséquilibra et elle tomba dans la neige, où des tentacules l'attendaient, s'enroulant autour de ses épaules et l'attirant dans l'eau. D'hideuses créatures passaient en nageant à proximité de son visage, avec leurs dents acérées et leurs yeux perçants de prédateurs, tous pointant leurs lames dans sa direction.

Kira surgit de la surface et se précipita sur le céphalon qui avait entraîné Uriel dans les profondeurs, entaillant sa gorge recouverte d'écailles. Elle plongea en vrillant au cœur de la horde, semant la mort avec frénésie, et fit place nette autour de sa partenaire, lui permettant ainsi de déchaîner sur les monstres une vague de chaleur pulvérisatrice. Mais ils ne tardèrent pas à refermer de nouveau le cercle sur elles, rugissant et claquant leurs mâchoires acérées, et Kira se retrouva aussi bientôt bloquée. Uriel l'entendit pousser un cri de douleur lorsqu'une Coiffe marine planta ses crocs dans ses cuisses et, d'un revers de son bâton, elle envoya valser la créature, qui emporta un morceau de la chair de la Kelari. Le ciel n'était plus que Failles de l'Eau et Uriel sentit qu'elle coulait, entraînée par les monstres des profondeurs.

La plainte d'une trompette retentit alors, grave et sonore, portée par le vent salé. Uriel se retourna et vit le sonneur de corne en première ligne d'une troupe de soldats. Ils percèrent les lignes des envahisseurs et s'avancèrent en direction des deux Renégats, brandissant la bannière de l'Œil-glacé... Ce fut alors un concert de tintements métalliques et la fourrure sous leurs armures volaient au gré de leurs mouvements. Une pierre lancée par une fronde caressa le visage d'Uriel, qui entendit Kira hurler : « Noooon ! », loin, très loin dans l'obscurité.

Kira descendit les escaliers, tout en nettoyant le sang de ses lames. Elle savait que, de tout le Chœur des Labeurs, la forteresse de l'Œil-glacé, Uriel ne pouvait que se trouver dans le Scriptorium, assise à dévorer des parchemins anciens. C'est bien là qu'elle la trouva, mais elle se précipitait dans un mouvement incessant d'une étagère à l'autre, ouvrant les volumes un à un, mémorisant leur contenu en quelques secondes et les rajoutant à la pile sans fin de ceux déjà qui avaient déjà trouvé leur place sur la table en bois.

« Belle bibliothèque », improvisa Kira. L'échange de propos banaux n'avait jamais été son fort, mais après le bain de sang auquel elle avait assisté ces dernières heures, elle avait besoin de se changer les idées. Même ici, sous terre, dans l'enceinte de ces murs, elle pouvait entendre le grondement des combats qui sévissaient à proximité.

« Comment ça se présente, dehors ? », demanda Uriel. Kira soupira.

« Ce n'est pas beau à voir. Pour chaque Faille que nous scellons, deux nouvelles s'ouvrent. Si d'autres Élus n'arrivent pas en renfort, le Pic du Pin de fer ne sera plus qu’un marais avant l'aube. » Uriel acquiesça sans rien dire et Kira lui demanda alors : « Alors, la pêche a-t-elle été bonne ? »

« J'ai retrouvé quelques extraits de Le luxe de la confiance, mais pas le manuel à proprement parler. Le Conservateur des écrits affirme qu'ils n'ont jamais eu de copie en leur possession ici. », répondit Uriel.

Kira haussa les épaules et observa fixement un diagramme représentant le même cercle abyssal que celui qui avait été gravé sur les murs de la chaumière de Shiyesa Wohab pour invoquer la première Faille de l'Eau. « Il semblerait que ce soit un livre rare. »

Uriel mit sous le nez de Kira un des tomes du catalogue de la bibliothèque, recouvert d'une épaisse couche de poussière et visiblement délaissé. « Pas si rare pour la bibliothèque la mieux fournie au nord de Méridian. » Elle indiqua du doigt une entrée rayée à l'encre, et non pas au fusain : « Le luxe de la confiance, auteur inconnu, c. fin de l'Empire eth. »

« Et regarde ! » Uriel tendit un éclat de pierre de source brillant vers le livre afin de l'éclairer et de révéler un symbole autrement invisible : un phœnix dans un cercle ardent, l'emblème des Renégats. « Ils utilisent ce symbole lorsque nous empruntons un livre, et l'encre de pierre de source sert aux retraits de livres confidentiels. »

« Donc, ils auraient prêté ce livre à l'un d'entre nous en secret... ? Crois-tu que le Conservateur des écrits aurait menti ? », hasarda Kira.

« Non, je ne crois pas qu'il ait été au courant. J'ai retrouvé ce catalogue sous une pile de vieux manuels qui n'avaient pas été touchés depuis la disparition de Chekharoth, son prédécesseur. L'Œil-glacé est digne de confiance. » Le regard d'Uriel se posa ensuite de nouveau vers le titre du livre qui avait été barré et pencha la tête en ajoutant : « Ce doit être agréable de ne pas être la cible de soupçons. Pour eux, au moins... »

« Uriel... » Mais Kira fut interrompue par le son de la corne, qui retentissait au-dessus d'elles : trois courts sons suivis d'un long, la séquence étant répétée deux fois. « Un colosse », dit-elle. « Ils vont avoir besoin de nous. » Et elle disparut en direction de l'étage du dessus, courant vers les portes de la forteresse, laissant Uriel monter les marches de fer seule. Les portes cédèrent avant même que cette dernière n'ait le temps de les atteindre, livrant Kira à son sort, qui tentait d'esquiver les éboulis de rochers et les griffes du colosse, chacun respectivement de la taille d'un homme.

Cet article a été vu 1275 fois

Rift: Planes of Telara™ par Trion Worlds Inc.
Corpyright © 2010 Trion Worlds, Inc. Tous droits réservés.
Copyright © 2010 Univers Virtuels pour le contenu du site.
Design : Cristof Template: Cypher, Code: JB