Alsbeth





Une lignée sur le déclin


Alsbeth Rothmann arriva à la cour de Mathos sous l'apparence d'une jeune fille au teint cireux et aux cheveux sombres qui, de nature effacée, se tenait toujours à l'arrière de la foule, solidaire et entachée par le poids du déshonneur de sa défunte famille. Son ancienne lignée s'était mise à décliner de manière lente et irrémédiable depuis Phynnious Rothmann, figure emblématique de la saga familiale, plus connue comme étant le premier des Pyromanciens. La mère d'Alsbeth fut assassinée par un mari jaloux et vindicatif qui la soupçonnait d'adultère; ce dernier, le père d'Alsbeth, victime de son crime passionnel, fut exécuté par la suite. La jeune Alsbeth devint orpheline très tôt puis, comble du malheur, se trouva rapidement sans logis, jetée à la rue par son oncle qui hérita du domaine familial.

Émue par une telle tragédie, la reine Lenia Mathos offrit à Alsbeth un refuge au sein de la cour du roi Jostir l'Ancien. La reine mourut peu de temps après d'un mal incurable et, bien que la jeune Alsbeth continua de résider au palais, elle perdit sa seule alliée, le roi Jostir ne manifestant qu'indifférence à son égard. Elle ne jouait pas avec les autres enfants du palais mais passait son temps solitaire, avec pour compagnons les innombrables ouvrages qui tapissaient les murs de la bibliothèque royale, ou encore faisait de longues promenades dans les collines verdoyantes qui entouraient Caer Mathos.

Ce n'est qu'à partir du moment où elle entra à l'Académie de Vif-Argent qu'Alsbeth commença à se faire remarquer. Elle parvint à se distinguer et à prendre de l'importance aux yeux de ses professeurs et des autres étudiants grâce à l'excellence de ses réalisations. Alors qu'elle ne possédait jusque là que quelques amis, sa popularité ne cessa de grandir et le nombre de ses admirateurs de croître. Seule, Asha Catari possédait une renommée semblable à celle d'Alsbeth (davantage pour son esprit de rébellion que pour son éclat personnel) et, une fois qu'elle fut expulsée de l'Académie, le règne d'Alsbeth sur l'école devint absolu.



L'ascension d'Alsbeth


Lorsqu'elle retourna à la cour de Mathos, Alsbeth était devenue un mage puissant, et la renommée de ses réalisations avait recouvert à jamais le passé tourmenté qui avait jusque là sali le nom de sa lignée. Après la disparition du roi Jostir l'Ancien, les princes Aedraxis et Zareph tentèrent d'attirer ses faveurs dans leur conflit grandissant touchant à la succession de leur père. Nombreux étaient ceux qui pensaient qu'elle prendrait le parti d'Aedraxis si elle trouvait un quelconque intérêt à cette querelle, cependant ce fut Zareph qui paya certainement le prix fort puisqu'elle finit responsable de la garde d'honneur de ce dernier.

Tous s'entendent à dire qu'Alsbeth se battit vaillamment au cours de la guerre civile mathosienne et que son nom - parmi ceux de Cyril, Borrin et de Carwin - figure dans tous les chants et les légendes qui retracent les exploits hauts en couleurs de la bande des rebelles de Zareph. La représentation d'Alsbeth dans les chansons est celle d'un personnage à la fois mystérieux et laconique, qui entremêle sortilèges et complots pour triompher du prince Aedraxis.

Alsbeth péri lorsque les Failles firent leur apparition, cependant personne ne fut surpris de voir l'un des mages les plus importants de Telara embrasser l'état de Gardien. Parmi les autres Élus, Alsbeth aida Zareph à escorter les réfugiés jusque Port Scion. Elle passa là de nombreuses années à se battre, en défenseur apparemment fidèle et indéfectible de la ville assiégée.



La Discordante


Les histoires et les légendes se sont trompées au sujet d'Alsbeth Rothmann. Celle-ci n'était pas la fidèle et vertueuse disciple de Zareph qu'elle paraissait être mais plutôt une ignoble et insidieuse adoratrice de Regulos. Ce fut Alsbeth qui fomenta la chute du Port de Scion, Alsbeth encore qui fut responsable de la disparition et de la mort présumée du prince Zareph. Lorsque la ville tomba, les Gardiens accusèrent les Renégats d'avoir permis à Alsbeth de recourir à une machine eth pour amenuiser les défenses de la citée assiégée. De leur côté les Renégats incriminaient les Gardiens dans la mesure où Alsbeth était elle-même Gardienne. Sans l'ombre de la présence insidieuse de cette dernière, il est fort probable que Gardiens et Renégats aient pu à cette époque, trouver un terrain d'entente. C'est de ce triste épisode de légende de Telara que lui vient ce titre, à la fois honorifique et équivoque, d'Alsbeth « la Discordante ».

Depuis ce jour, Alsbeth, que ce soit en tant que chef de la Cour Éternelle ou en tant que la plus puissante nécromancienne jamais en vie, n'a de cesse de semer la discorde. Et bien qu'elle ne fasse aucun secret de son obsession d'extirper Aedraxis de son oubli bien mérité, son cœur demeure tout entier dédié à Regulos le Destructeur. Cependant, aucune preuve n'a encore vu le jour pour démontrer qu'Alsbeth s'adonnait à Regulos bien avant qu'elle ne scella le destin de Port Scion. Sa disgrâce est d'autant horrible qu'elle est si soudaine, totale et tellement impardonnable.

L'influence néfaste d'Alsbeth peut encore être signalée dans des évènements tels la profanation de la Tombe de Fer, l'invasion de Libremarche, comme partout où la présence sacrilège de la Cour Éternelle peut être ressentie. Cette ignoble traître doit être neutralisée, une tâche qui revient aux Élus - aux véritables Élus -, et qui consiste à arrêter ses actions délétères avant qu'elle ne déchaîne sur Telara les hordes de son abominable méchanceté.

Cet article a été vu 1711 fois

Rift: Planes of Telara™ par Trion Worlds Inc.
Corpyright © 2010 Trion Worlds, Inc. Tous droits réservés.
Copyright © 2010 Univers Virtuels pour le contenu du site.
Design : Cristof Template: Cypher, Code: JB