l'Empire éthien


Les sables se souviennent de l'Empire


Extrait du journal de Zevia Rafique, spécialiste éthien des antiquités

Lors des fouilles des ruines de Sable-chatoyant, je mis au jour une plate de cuivre gravée de conception éthienne. Après être entrée en contact avec un peu de pierre-source raffinée, la plate se sépara en une série d'anneaux flottants. Suspendus dans l'air devant nous, ils contèrent l'histoire de notre peuple :

Dans le désert, rien ne devrait survivre très longtemps et pourtant, nous tînmes bon. Nous obéissions aux lois du soleil et du sable, voyageant de nuit, coupant les cactus pour boire ou combattant pour prendre des oasis. Nous étudiions sans cesse la sorcellerie afin de pouvoir faire tomber la pluie, nous protéger du soleil ou tuer les bêtes qui, comme nous, luttaient pour survivre au milieu des dunes.

Répartis en treize tribus, nous avons erré, nous arrêtant rarement. Même à cette époque de nomadisme, nos quelques cités étaient magnifiques : Rivage de Fortune brillant sur la côte tel un diamant perdu sur une plage et Eboni Envoûtée entourée de remparts impénétrables.

La plupart des Eths étaient des nomades du désert. Les dragons s'abattirent sur un peuple divisé. Les Gueules d'Or infiltrèrent Eboni et la corrompirent de l'intérieur. Nous ne l'appelions plus la Cité Envoûtante qu'ironiquement. Nous nous battîmes comme des tigres du désert, frappant avec nos griffes et nos crocs avant de nous fondre à nouveau dans les sables, mais les dragons étaient également sans pitié.

C'est une tribu Mkhai qui, la première tira de l'énergie des pierres-sources, s'inspirant de la façon dont les plans déforment et modifient Telara pour découvrir la grande magie que recèle la pierre de création. Forts de cette découverte, nous créâmes des machines de guerre pour contrer les dragons.

Vous auriez dû les entendre rugir quand nos appareils transformèrent leurs armées en torrents de boue, changèrent leurs champions en statues de cristal et roussirent même les écailles des puissantes épaules de leurs dragons. Nous parvînmes à repousser la Tempête Sanglante dans le désert, ensevelîmes bon nombre d'entre eux dans des tombes de sable et contribuâmes à bannir le redoutable Regulos.

Ensuite, nos épées furent transformées en socs de charrue et nos machines de guerre servirent à notre prospérité. Grâce à nous, le désert fleurit, des routes de verre naquirent au-dessus des sables, et des tours s'élancèrent jusqu'aux nuages.

Rois et collègues


Durant cet essor, chaque tribu s'implanta dans une grande ville, qui était liée aux autres par des serments de confédération. Nul ne savait mieux que ceux de Mkhai se servir des pierres-sources. Khaliti était une cité d'artisans que même les Nains ne pouvaient égaler. À Arkeen, nous, Eths, forgions des merveilles avec la vie même. La grande Catari, elle, les éclipsait toutes.

Un roi-sorcier régnait sur chaque cité, allié et pair des autres rois, et chacun d'entre eux pouvait effectuer ses recherches comme bon lui semblait. Dans les tours de grès poli, au milieu du vacarme des énormes machines, ces génies créèrent de véritables joyaux, domestiquèrent les modèles des plans et mirent au point des armes capables de tuer des lignées entières en un clin d'œil.

Convocation et chute



La Convocation se déroula à la tour de la Redoute, car...

À ce moment, la narration émanant des anneaux change légèrement. La prononciation était jusque-là identique à l'accent et à l'intonation d'Arkeen. Elle semble maintenant plus proche du dialecte Catari. - Zevia Rafique

... car un grand mal s'était emparé de la société éthienne. Les sectes draconiques avaient infiltré tous les niveaux de notre fantastique machine et nous devions prendre des mesures sévères pour les empêcher de s'en prendre à notre science de l'opulence et de la paix, mettant Telara en péril. Les rois sorciers votèrent et, des larmes mouillant leurs barbes, ils lancèrent la Convocation.

Là, la narratrice reprend l'intonation d'Arkeen. Certaines inflexions étaient véritablement différentes, comme si le passage en dialecte Catari était raconté par un autre narrateur. – ZR

Une vague de magie vengeresse balaya nos chères cités, faisant taire nos machines et mouchant la moindre étincelle de lumière. Les routes de verre s'effritèrent, les puits magiques s'asséchèrent et les villes éthiennes, les capitales d'un empire occupant le désert et bien plus encore, disparurent derrière des tourbillons de sable.

Sans notre technomagie, nous recommençâmes à errer dans le désert. Nos anciens sujets nous repoussèrent et refusèrent de nous accueillir. Nous nous réfugiâmes donc chez nos nobles alliés, les Bahmi.

Lors des derniers jours de notre empire, des tribus de brutes épaisses déferlèrent des montagnes du Nord. Adorant les dieux autant qu'ils détestaient la science, ces Mathosiens créèrent un empire bâti sur l'ordre et non sur l'émerveillement.

Les merveilles éthiennes reposent sous le sable, attendant de répondre à l'appel de tous ceux qui préfèrent le progrès à la superstition.

Cet article a été vu 1488 fois

Rift: Planes of Telara™ par Trion Worlds Inc.
Corpyright © 2010 Trion Worlds, Inc. Tous droits réservés.
Copyright © 2010 Univers Virtuels pour le contenu du site.
Design : Cristof Template: Cypher, Code: JB